lundi 15 octobre 2007

Finalement, le désert ne me convient pas...

Je suis revenue.

Soudain je n’ai plus eu envie d’écrire. Et soudain j’ai eu envie de nouveau. Alors je suis revenue.

Soudain, je n'ai plus eu envie de me dire. Soudain, c’est devenu un effort. Un effort de plus en plus lourd. Les jours passaient et je n’écrivais pas. Les jours passaient et je m’en voulais de ne plus rien écrire. Même pas un adieu, ni même un au-revoir.

Ça faisait un moment que je me demandais quand j’allais clore ce blog. Je n’arrivais pas à me décider. Où devait se terminer ce chemin-ci ? Avait-il une fin, d’ailleurs ?

Les jours passaient et je ne décidais rien. Les jours passaient et je culpabilisais. Les jours passaient et, pour finir, j’ai arrêté de culpabiliser. J’ai arrêté de chercher une raison à ma perte d’envie. Je me suis dit que c’était la vie. Parfois on a envie et soudain, on n’a plus envie. Je me suis dit que ce blog devait peut-être s'arrêter comme ça, abruptement et sans crier gare.

Puis l’une des lectrices de mon blog s’est fait opérer par le docteur Foldès. Nous avions beaucoup correspondu avant sa décision. A l'approche de son opération,nous avons discuté au téléphone. Je suis allée la voir à la clinique, je l’ai appelée après son opération. Et de l’accompagner un peu sur son chemin m’a procuré une joie que je n'imaginais pas.

C’est là que j’ai compris ce qui m’avait rendue muette depuis le mois d’Août.

J’ai douté.

C'est fou, je sais, mais j’ai douté de l’efficacité de mon opération, j’ai pensé que j’avais peut-être couru après une chimère, que cette opération ne servait à rien, en fait. J’ai pensé que je m’étais bercée d’illusions, qu’en réalité, ça ne changerait rien à ma vie.

Je ne peux pas vraiment m’expliquer comment c’est arrivé, comment cette idée s’est frayé un chemin dans mon esprit.

Sans doute la réaction de mon ex-gynécologue y est-elle pour quelque chose. « Au fond, c’est juste esthétique, cette opération, non ? » m’a-t-elle dit. Elle n’a pas semblé intéressée par ma démarche, j’ai eu l’impression qu’elle l’avait trouvée grotesque. J’ai pleuré en sortant de son cabinet.

Sans doute la découverte que le docteur Foldès m’a dit la même chose qu’à nombre de ses patientes a-t-elle également pesé dans la balance. Ça m’a fait de la peine de penser que je n’étais finalement qu’un numéro parmi d’autres, une énième patiente à qui dire que son clitoris était superbe, une énième patiente à qui débiter un discours rôdé de longue date, selon l’étape qu’elle abordait.

J’en suis venue à croire que toute cette aventure n’avait aucun sens, que mon clitoris ne fonctionnerait jamais « normalement ». Qu’il fallait tourner la page et ne plus y penser.

Mais finalement, je n’en ai pas envie. Finalement, je me fous de la réaction de mon ex-gynécologue. Finalement, peu m’importe que le docteur Foldès dise la même chose à chacune de ses patientes. Finalement, il m’appartient de décider de la valeur de ce qui s’est passé le 16 Mai dernier.

Et j’ai décidé que ça avait un sens pour moi. Je ne me laisserai plus dépouiller de cette idée. Je ne permettrai plus qu’on la piétine allègrement. Et je ne la piétinerai plus moi-même.

En rendant son sens à ma démarche, j’ai retrouvé mes mots. Alors je suis revenue.


Merci à Fifitra qui, en me permettant de l’accompagner, m’a permis de retrouver mon propre chemin.

Merci à Moïra qui m’a envoyé un si gentil e-mail pour prendre de mes nouvelles.

Merci à vous qui vous inquiétiez de mon silence dans les commentaires de mon dernier post.

21 commentaires:

catherine a dit…

Bonjour Papillon ,
Je ne suis ni excisée ,ni très jeune ,j'ai 55ans , je suis institutrice à la retraite , j'ai un chéri , nous nous sommes rencontrés à dix-huit ans ,et nous avons trois enfants , un chat et bientôt deux perruches Catherine. Etudes de littérature et peinture (toiles et murs).
Fin du pédigree ,ça peut sembler terne mais c'est finalement très original !
Et simplement ,si l'on peut dire ,je m'intéresse aux droits des femmes .
Samedi ,j'ai lu le livre de Khadi ,"Mutilée" et j'ai été bouleversée , non seulement de ce qu'elle racontait mais aussi de ce à côté de quoi j'étais passée . De toutes ces petites filles martyrisées , de toutes ces femmes transformées en four à enfants , parce que JE NE SAVAIS PAS QUE C'ETAIT Là. Ou que , dans ma suffisance ,je ne POUVAIS IMAGINER qu'on se permette cela si près de nous.
Tout naturellement , j'ai fouiné sur Google et trouvé des pistes . C'est un sport ! A croire que non seulement , on a le droit de se faire massacrer mais pas de pleurnicher pour un détail aussi insignifiant qu'un clitoris .Je ne suis pas loin de croire à une vaste conspiration pour laminer les voix des femmes ,il y a une large palette de moyens de rétorsion , catalogue international.
Cela va du commentaire de votre gynécologue (est-elle équipée d'un clitoris inoxydable et sous garantie ,cette crêpe?)à la lapidation ,en passant par les violences conjugales , la remise en question du droit à l'avortement ,le port du voile qui peut vous mettre une petite de neuf ans sur le marché ,l'excision, la suppression des foetus féminins , les accidents domestiques (dans la friture ,depuis que la jolie tradition de la veuve éplorée se balançant dans le bûcher funéraire a été remise en question ) , du caractère satanique de la contraception vue par le pape,hélas ,cette énumération n'a rien d'exhaustif .Les lois de bien des pays du monde en sont pétries . Largement relayées par la fameuse morale judéo chrétienne ou par la tradition , elle même transmise et appliquée par les femmes. Car enfin ,il ne faut pas se bricoler une bonne conscience à peu de frais ,il n'y a pas si longtemps qu'en France une femme en cheveux était une putain , que les mariages étaient bricolés en fonction de la date des règles de la jeune fille ( au moment de l'ovulation )et que pour se livrer "au devoir conjugal ",on revêtait une chemise de nuit cadenassée (cachez ce sein que je ne saurais voir ),et simplement fendue à la hauteur du sexe .
Et que dire du fameux respect de la différence culturelle ?
Quelle tartufferie !
Alors "hors sujet" ,allez- vous me dire? Mettons que je tartine !
Et que je retarde le moment de vous dire combien j'ai été bouleversée en découvrant votre blog ,combien je l'ai été en le voyant s'arrêter le 26/08 et combien votre réapparition m'a fait plaisir ce matin!
Votre travail sur vous-même est admirable , votre démarche de parler aussi ; je crois qu'ils sont indissociables, d'ailleurs . Votre passage dans le désert ? Eh bien ,je pense que tout d'abord il faut que vous appreniez à vivre avec vous-même et que ça relève de l'intimité que vous avez conquise .
Et puis il y a eu ces silences , cette indifférence qui sont des outils de torture terriblement efficaces.
Mais surtout ,il y a ces jeunes femmes que vous avez aidées .
Véritablement ,ça me remplit d'émotion et de fierté ,allez savoir de quel droit !
Permettez-moi de vous souhaiter plein de belles journées et autant de nuits .
Catherine

Fyfe a dit…

Contente de te relire Papillon :)

Geralda a dit…

Moi aussi, ça me fait plaisir de te revoir, parce que je n'ai jamais cessé de te lire silencieusement...
N'est-il pas normal de subir une sorte de décompression, ou de dépression "post-partum" après cette opération qui signifiait tant pour toi ?

Ça me rappelle des étapes de ma vie qui représentaient des symboles très importants à mes yeux et pour lesquelles j'ai investi beaucoup de temps, d'énergie, d'espoir... Et le jour où j'ai passé "la ligne d'arrivée", je me suis rendu compte que c'était comme revenir à la ligne de départ...
Un nouveau départ, certes, avec des acquis longuement désirés. Mais on se retrouve aussi un peu bête, parce qu'on est à nouveau face à soi-même, que la vie continue, et qu'on était sur des rails qu'on vient de quitter... Alors que faire de soi maintenant ? Où aller ? Que désirer ?

Et évidemment, quand on croise des cons comme ta gynécologue dans ces moments là, ça aide pas !

Elte a dit…

Je suis contente de te relire enfin! J'aurais compris que tu partes sans même un au revoir. Ce blog, c'est une histoire qui est passée, et tu te tournes vers l'avenir avec optimisme, enfin, et c'est super :-)

Laety... a dit…

comme je suis contente de te relire!
Petit Papillon, ne laisses pas de vilains et ridicules commentaires miner TA vie!

lola a dit…

Coucou Papillon,

Tu viens de franchir un cap très difficile et je peux t'assure que tu l'as fait avec brio. C'est la fin d'une aventure.

Je ne te remercierai jamais assez de m'avoir aidé à franchir le pas et d'avoir été présente au moment où j'en ai eu le plus besoin. Comme je te l'ai déjà (mais ça me fait plaisir de me répéter!!!)je bénis le jour où j'ai découvert ton blog. Ma vie s'en est trouvée transformée à jamais.
A ce titre, je peux_je pense_ me permettre de témoigner.Merci de ta présence et de m'avoir aidé à franchir le pas
Ce que j'admire chez ce ptit bout de femme, c'est sa générosité mais surtout sa volonté et sa force de caractère malgré les doutes.
Je ne pense pas être la seule à avoir été aidée je dirai même secourue par ton blog mais je pense que toutes les filles qui vivent ce drame (qui ont eu la chance de découvrir ton blog) même si elles ne l'expriment pas ici, ne te remercieront jamais assez de leur avoir prouvées que quand on veut, on peut (j'en suis la preuve!!!)et que ce n'est pas irrémédiable.
C'est un joli pied-de-nez aux barbares qui pratiquent encore cette ignominie!!

Tu peux maintenant avancer sans te retourner.
Comme me tu disais encore la semaine dernière, il ne faut pas avoir de regret!!!!car ça ne pourra pas être pire qu'avant.
Tu es maintenant sortie de ta chrysalide, alors vole mon petit papillon!!!! Bon vent!!!
La vie est belle.

Cornélie a dit…

Ça me fait drôlement plaisir de te lire! ;-)

lalita a dit…

Contente de te relire papillon !
Je ne sais pas pourquoi, mais je me doutais d'un truc comme ça !
Pas toujours évident d'atteindre un rêve, on se sent brusquement perdue...
Mais tu as passé l'épreuve haut la main encore bravo !
Ce blog, c'est sûr que tu en fais ce que tu veux, mais je peux t'assurer, quoi que tu n'en ais pas besoin, qu'il sert et servira encore à d'autres filles qui auront besoin d'une reconstruction ! Et à d'autres qui en ont besoin pour ouvrir les yeux.....
D'un autre côté, un blog n'est pas une chaîne; tu n'es pas obligée d'écrire quand tu n'en as pas envie. Enfin, moi, c'est comme ça que je le vois !
Je t'embrasse très fort.

Mlle Crapaud a dit…

Coucou !
Je pensais que tu prenais un peu de recul, après toute cette effervesence, que tu profitais de tes découvertes... Je t'imaginais très heureuse, et c'est pour cela que je ne me suis pas inquiétée plus que ça.
Je pense que le doute est naturel, inhérent à toute action que l'on mène.
Je continue à te soutenir de tout coeur. Je suis tout près de toi.
Merci pour tes mots.

Hélène a dit…

Oh c'est chouette de te retrouver Papillon, tu me manquais ;-)

Anonyme a dit…

Salut Papillon
Ca me fait plaisir de te retrouver à travers ton blog qui se termine malheureusement. En tout cas je te remercie car tu m'a aidée à travers ma propre reconstruction. Je me suis fait opéré le 8 juin passé. Inutile de te dire que que ton blog va aider encore beaucoup de victimes. Je suis heureuse d'avoir retrouvé ce qui m'était dû depuis ma naissance et qu'on m'avait volé à ma plus tendre enfance. J'ai toujours cru que j'étais condamnée jusqu'à ce que j'apprenne l'existante du Dr Foldés en début d'année. Alors que peut comprendre une gynéco complétement déconnecté et qui ne sait même pas de quoi elle parle ??? Je te le demande Papillon ? Tu as bien fait de changer.

En tout cas bonne chance à toi et bon courage. Envole toi au-delà de ta recontruction. Je le souhaite pour toutes filles qui sont passés par là.
Manny

Coucoune a dit…

Bonsoir Papillon,

Je suis heureuse d'avoir de tes nouvelles.
J'ai beaucoup pensé à toi mais je n'osais pas t'envoyer de mail, je me suis dis que tu avais besoin de "couper avec tout ça".
Tu sais, je suis également dans le doute ....c'est terrible!J'ai même perdu ma libido d'avant réparation ! Bref, ça reviendra peut-être !
Bon courage, bises

Claude a dit…

Je suis contente que tu parles de ton "ex-gynécologue"! Avant d'arriver à cette partie de ton billet, j'allais te dire que tu devrais en changer. Voilà quelqu'un qui n'a rien compris ! Une gynéco stupide, ou pire, indifférente, ça se change !
Tu as parfaitement le droit de ne pas /plus avoir envie d'écrire. Et en tout cas, pas de raison de culpabiliser. Tu as fait un sacré chemin que tu as eu la générosité de partager avec nous.
Je suis souvent revenue ici. Je me suis dit que tu avais besoin de repos et de recul.
En tout cas, je suis vraiment contente de te retrouver, papillon. :)

Anna a dit…

Le nombre de gens totalement insensibles (j'allais écrire "de connards", en fait) chez les gynécos me laisse toujours aussi pantoise. On vous enlève l'empathie quand vous choisissez la spécialité, ou quoi ?
J'exagère. Je sais, j'exagère. Mais merde, c'est grave des paroles comme ça, justement de la part de quelqu'un qui a choisi de soigner les femmes...

anita a dit…

Je suis toujours saisie quand un confrère se voit pris en flagrant délit d'invalidation. Je n'ai pas d'autre mot pour désigner la phrase de ton ex gyneco, qui renvoie à néant ce que pouvait avoir de fondemental cette excision et cette réparation.
Je serais moins critique envers le Dr Foldes. Malgré tout, la centième, millième, dix millième consultation ne vous trouve pas dans le même état de candeur et d'innovation. J'ai aussi un certains nombre de phrases codées. Cela n'empêche pas que ce qui me pousse à les dire soit toujours authentique.

papillon a dit…

Merci pour ton message Catherine. Effectivement, j’ai aussi constaté à quel point c’est difficile de trouver des témoignages et des informations sur l’excision et la reconstruction. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je me suis lancée dans ce blog. Trop souvent, les choses se passent de façon confidentielle, trop peu souvent les langues se délient. Je trouve que les mots sont puissants, les mots peuvent venir à bout de ces maux qui noircissent la vie des femmes. Les mots m’aident beaucoup, ils en aident peut-être d’autres et j’en suis bien contente. Espérons que d’autres m’emboîteront le pas et donneront elles aussi des mots…

PS : Le coup de la crêpe m’a fait beaucoup rire : ))

Contente de voir que tu reviens me voir Fyfounette ! :))

Géralda, c’est peut-être ça qui m’est arrivé. J’étais sur des rails et il a fallu que je les quitte puisque je suis arrivée au bout de ce chemin-là. On verra bien ce qui va se passer maintenant dans ma vie, mais comme tu dis, j’ai maintenant des acquis très précieux pour la suite.

Elté, je crois que ce blog approche de sa fin. Mais je n’ai pas envie d’arrêter d’écrire. Alors peut-être vais-je en ouvrir un autre, plus léger et plus proche de ce qui m’occupe l’esprit, je ne sais pas trop. Avant cela, je vais créer un forum. Pour que d’autres puissent se dire et être accompagnées durant leur reconstruction.

Laety, ne t’inquiète pas. J’ai flanché mais je ne me laisserai plus miner !

Lola, ma Fifitra, je suis si contente de t’avoir aidée. Tu es la preuve vivante que ce blog a une utilité pour d’autres que pour moi et ça, c’est un très beau cadeau, tu sais ? Merci encore de m’avoir permis de t’accompagner. Je te souhaite énormément de belles choses, tu les mérites.

Cornélie, Hélène, merci à vous d’être là après tout ce silence de ma part, c’est chouette de votre part les filles : ))

Lalita, je pense que je m’étais imposé quelque chose en écrivant ce blog et, ce faisant, je m’éloignais du plaisir qu’écrire me procure. Je me sentais « obligée » d’écrire et, bien entendu, pas moyen de le faire. On m’a suggéré plusieurs thèmes pour ce blog, mais je n’ai jamais réussi à m’imposer de les traiter. Dans la contrainte, je me dessèche on dirait… Mais je n’ai pas eu envie de finir cette histoire par une disparition pure et simple. Alors je suis revenue, les contraintes en moins. J’écris quand j’ai quelque chose à dire et je tâche de ne le faire que si j’y trouve un certain plaisir. On verra ce que ça donne. Merci d’accompagner mes pas, ma très chère.

Coucou Mlle Crapaud, merci beaucoup pour ton si doux message. Je m’emploie à être heureuse. Ca fluctue mais ça va plutôt dans le bon sens, je dirais. :)

Manny, j’ai du mal à accepter l’idée que mon ex-gynécologue soit « étanche » à la recherche d’un mieux-être à travers une reconstruction. Qu’elle ne connaisse pas l’opération en elle-même, je peux encore l’admettre. Mais qu’elle balaie froidement son intérêt pour les femmes excisées, je n’arrive pas à l’accepter. Je me demande si d’autres femmes excisées l’ont déjà consultée et je frémis à l’idée que si c’est le cas, elles n’ont pas pu avoir d’informations, d’encouragements ou d’espoir de la part de cette femme-là. Peut-être aussi que son insensibilité me choque du fait qu’elle est une femme… En tout cas, je suis ravie d’avoir pu t’aider. J’espère que tout se passera bien pour toi aussi.

Hello Coucoune ! J’ai eu besoin de m’éloigner un peu, c’est vrai, et l’effervescence de projets personnels m’y a bien aidée. Mais les doutes s’éloignent, tu verras. Je crois qu’on ne balaie pas une telle opération et ses conséquences si facilement. Ce qui reste, c’est la joie d’avoir fait pour soi quelque chose d’important et l’espoir que les nuages noirs qu’on traînait derrière soi se dissipent enfin. Je suis persuadée que ta libido reviendra, et en force. Je crois que Géralda a raison quand elle parle d’une décompression. Il faut du temps pour se remettre, tu sais. Laisse-toi du temps, je suis persuadée que tout rentrera dans l’ordre très vite !

Merci beaucoup Claude ! Ca me touche beaucoup de savoir que tu es souvent revenue ici pendant ma traversée du désert. Ma gynécologue est devenue « ex-gynécologue » dès qu’elle a esquissé cette drôle de moue à la mention de mon opération. Qu’elle ne comprenne pas, pas même en tant que femme, c’était juste trop pour moi. Je dois bientôt déménager et je compte me trouver un praticien dans ma future ville.

Anna, je suis bien d’accord. C’est grave qu’un gynécologue, à plus forte raison une femme, ne soit pas capable d’empathie, si ce n’est de compassion face à l’excision. Sa réaction m’a sidérée, je ne l’ai toujours pas comprise, à vrai dire. J’imagine qu’elle n’est pas la seule à être totalement indifférente et je peux te dire que si mon prochain gynécologue montre la même froideur, je ne reviens pas le voir, c’est tout dit !

Tes mots me rassurent, Anita. Ca m’a secouée, cette consultation. D’autant qu’elle est gynécologue-obstétricienne. Vu les risques accrus pour les femmes excisées qui accouchent, je suis surprise qu’elle ne soit pas plus au fait de l’excision et de la solution de la reconstruction. Au-delà de ma surprise, il y a la blessure de n’avoir pas reçu de compassion, de chaleur de sa part….

Anonyme a dit…

I found this site using [url=http://google.com]google.com[/url] And i want to thank you for your work. You have done really very good site. Great work, great site! Thank you!

Sorry for offtopic

Anonyme a dit…

Who knows where to download XRumer 5.0 Palladium?
Help, please. All recommend this program to effectively advertise on the Internet, this is the best program!

Anonyme a dit…

[url=http://buyviagrapills24h.com/]buy cheap viagra pills[/url]

Anonyme a dit…

hotels near mohegan sun casino
online untrained casinos
how to chip hack facebook poker
fortune lounge online casino
extra desktop casino games playfulness
roulette raider v5.1
casino majestic las vegas
redeem casino slot games
jackalope jackpots slot machine game
online casino free money
best online sports casino stake
sprung online tombola
orleans casino las vegas nevada
fortune lounge online casino
notch machines cheap used
online casino plot
unceremonious reward online casino gambling forum
imaginative york delineate pool schooling
wyndham alternative casino rehashing
magnificent casino biloxi
ebony jack ware
a-one java casino software
privilege club casino
ga raffle results
emerald model casino tacoma washington
brand-new online casinos
gambling magazine slots
for nothing casino bonus
bourbon casino las vegas
flash instant messenger application

Koło Naukowe St. Etnicznych i Migracji Międzynar. a dit…

Bonjour Papillon et toutes les femmes sur ce blog incroyable,
Je m'appelle Ania Pamula et j'écris le reportage pour un journal polonais sur les opérations de docteur Foldes.
J'ai trouve votre histoire fascinante. Est-ce que vous auriez la volonté et le temps pour me en parler? C'est tres important pour toi.
Merci et j'espère a bientôt,
Ania Pamula
pamula.ania@gmail.com.
PS. Aussi toutes les femmes qui voudrais me parler de l'operation ou de leur doutes - je suis la pour vous. Merci.